En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pehr Henrik Nordgren

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur finlandais (Helsinki 1944).

Élève de J. Kokkonen, il poursuit des études à l'université d'Helsinki (musicologie), puis à l'université de Tky (musique traditionnelle) et vit maintenant dans le village de Kaustinen, en Finlande, au milieu des pelimannit (« ménétriers ») comme läänintaiteilija, « artiste régional ».

Dans son œuvre, il a réussi à opérer une synthèse de styles entre les musiques folkloriques finnoise et japonaise et un langage contemporain, lui-même extrêmement composite. Cette réussite apparaît notamment dans le Concerto pour clarinette, instruments populaires et petit orchestre op. 14, œuvre originale et ambitieuse (1970) ; le Concerto d'automne, pour instruments traditionnels japonais et orchestre op. 18 (1974) ; les Pelimannimuotokuvia op. 26, pour cordes (« Portraits de ménétriers », 1976). Ce dernier ouvrage précède et annonce le Quatuor no 1, pour instruments traditionnels japonais op. 19 (1974) et Seita op. 42 (1978), pour 2 kotos et jushichige.

Parallèlement, Nordgren a commencé, en 1972, ses Ballades d'après les histoires japonaises de fantômes de Lafcadio Hearn (10 pièces pour piano). À côté de ces œuvres, il faut également retenir ses nombreuses œuvres pour orchestre : les 3 Euphonies (1967 et 1975) ; 2 Concertos pour alto, 1 Pour piano, 1 Agnus dei op. 15 (1970) ; The Turning Point op. 16 (1972) ; la Symphonie op. 20 (1974) ; Summer Music op. 34 (1977) ; la Symphonie pour cordes op. 43 (1978) ; 5 Quatuors à cordes (de 1967 à 1986), un Quintette avec piano (1978), une Symphonie no 2 (1989).