En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guillaume Gabriel Nivers

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste et compositeur français (Paris 1632 – id. 1714).

Ancien élève de l'université de Paris et, pour la musique, de Chambonnières et de Du Mont, il fut organiste à Saint-Sulpice de 1654 à 1714, tout en occupant plusieurs charges officielles : organiste de la chapelle royale (1678), maître de musique de la reine (1682), organiste et maître de chant de la Maison royale de Saint-Louis à Saint-Cyr (1686).

Sa musique d'orgue fut précédée par celle de Louis Couperin, mais la publication de son 1er Livre d'orgue (1665) n'en marque pas moins le début de la période majeure de l'histoire de l'orgue français, durant laquelle l'instrument se dégage de la stricte polyphonie sacrée pour devenir concertant, faisant la part belle à la monodie accompagnée. Deux autres Livres d'orgue suivront, en 1667 et en 1675. Pour l'église, il publiera également de nombreuses pièces vocales et instrumentales, motets, chants d'église, Lamentations de Jérémie, pièces de circonstance, etc. Il édita aussi des livres liturgiques (graduel, antiphonaire), consacrant l'unification du chant grégorien en France, livres qui devaient rester en usage jusqu'à la Révolution. Il mit au point plusieurs ouvrages théoriques : Traité de la composition de musique (1667), Méthode certaine pour apprendre le plain-chant de l'Église (1699), Dissertation sur le chant grégorien (1683).