En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joaquin Nin y Castillano

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste, compositeur et musicologue cubain, d'origine espagnole (La Havane 1879 – id. 1949).

Élève de Carlos Vidiella à Barcelone, puis, à Paris, de Moskowski et de Vincent d'Indy, il fut professeur à la Schola cantorum de 1905 à 1908 et vécut ensuite à Bruxelles, puis à Paris, en marge de tournées qui le conduisirent en Europe et en Amérique latine. Son œuvre personnelle a beaucoup moins d'importance que les travaux de recherches et de publication de manuscrits oubliés, auxquels il a consacré la plus grande partie de sa carrière, interprétant en même temps les vieux maîtres espagnols, faisant des conférences et exposant ses principes artistiques dans des écrits et des articles de critique. Ses harmonisations de chants populaires anciens font également autorité, et sa polémique avec Wanda Landowska au sujet de l'interprétation de la musique ancienne au clavecin est restée célèbre.

Pour la voix, il a écrit notamment 20 cantos populares españoles (1923), Chant élégiaque (1929), le Chant du veilleur (1937) ; Dansa ibérica, pour piano (1926), Mensaje a Claudio Debussy (1929), « 1830 » variaciones (1930).