En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tatiana Nikolaeva

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste russe (Bezhitza 1924 – Santa Monica, Californie, 1993).

Dès 1942, elle entre à l'École centrale de Moscou où elle étudie avec Alexandre Goldenweiser, lui-même élève d'un disciple de Liszt, Siloti. Elle lui doit son amour du contrepoint, et son extrême attention à chaque détail de la polyphonie. Elle étudie aussi la composition avec Goloublev et, en 1947, entre au Conservatoire Tchaïkovski. En 1948, elle remporte le second prix du Concours de Prague, mais c'est en 1950 qu'elle subjugue les membres du jury au Concours Bach de Leipzig. Parmi eux, Chostakovitch avec qui elle se lie désormais. Il écrit pour elle ses 24 Préludes et Fugues, qu'elle crée en 1952. À partir de 1959, elle enseigne au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, et fait une importante carrière de soliste dans les pays socialistes. L'Occident ne la découvre que dans les années 1980. En 1983, elle donne un récital à Paris, et ses tournées triomphales de 1987, 1990 et 1991 s'accompagnent de master-classes, au Mozarteum de Salzbourg notamment. Sa concentration phénoménale lui permet de parcourir en concert les grands cycles, comme 32 Sonates de Beethoven, le Clavier bien tempéré, l'Art de la fugue et les Variations Goldberg. Elle aime donner les 24 Préludes et Fugues de Chostakovitch en deux soirées, respectant l'intention du compositeur. En U.R.S.S., elle à réalisé plus de cent enregistrements. Une autre face de son talent se révèle dans les pièces brèves de Chopin, Rachmaninov ou Scriabine. Elle compose durant toute sa vie, et aime jouer Messiaen, Dutilleux, Jolivet ou Arthur Bliss.