En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vaclav Neumann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre tchèque (Prague 1920 – Vienne 1995).

Il étudie le violon avec Josef Micka et la direction d'orchestre avec Pavel Dedecek et Metod Dolezil, au conservatoire de Prague, de 1940 à 1945. Cofondateur, en 1945, du quatuor Smetana, il y tient la partie de premier violon, puis d'alto, instrument dont il joue également dans les rangs de l'Orchestre philharmonique tchèque. En remplaçant inopinément Rafael Kubelik pour un concert de la Philharmonie, il est engagé comme chef assistant en 1948. Premier chef de l'Orchestre symphonique de Karlovy Vary (1951-1954), chef de l'Orchestre régional de Brno (1954-1956), il connaît soudainement en 1956 la consécration internationale grâce au succès démesuré (215 représentations à Berlin, Wiesbaden et Paris, au Théâtre des Nations) de la Petite Renarde rusée, opéra de Janáček, qu'il dirige à la demande de Walter Felsenstein, metteur en scène et directeur de l'Opéra-Comique de Berlin. Il en est nommé chef assistant de 1956 à 1962, puis principal de 1962 à 1964. Il dirige en même temps l'Orchestre symphonique de Prague, puis, de 1964 à 1968, la Philharmonie tchèque en qualité de second chef, l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig et l'Opéra, dont il obtient la direction musicale. En 1968, il est nommé premier chef de la Philharmonie tchèque et se voit chargé, de 1970 à 1973, de la direction musicale du Staatsoper de Stuttgart. En digne successeur des grands aînés, Vaclav Talich et Karel Ancerl, Vaclav Neumann défend avec enthousiasme les œuvres-phares de la musique tchèque, jouant et enregistrant les principaux opéras de Janáček et toutes les symphonies de Dvořák et de Martinů (cette dernière intégrale en première mondiale). Il est également un chef mahlérien de haut lignage et ses enregistrements des symphonies de Mahler comptent certainement parmi les meilleurs réalisés à ce jour.