En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sigismund Neukomm

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et pianiste autrichien (Salzbourg 1778 – Paris 1858).

Sa mère était parente de la femme de Michael Haydn, et il étudia avec ce dernier avant de partir en mars 1797 pour Vienne, où il devait rester jusqu'en mai 1804, à la fois comme élève et disciple de Joseph Haydn, comme compositeur et pianiste, et comme professeur (notamment de la soprano Anna Milder, créatrice du rôle de Léonore dans Fidelio de Beethoven, et du second fils de Mozart). Certains arrangements de chants écossais et gallois officiellement réalisés par Haydn le furent en fait par lui. Jusqu'en juin 1808, il fut maître de chapelle au Théâtre allemand de Saint-Pétersbourg.

En route vers la France, il s'arrêta à Vienne de novembre 1808 à février 1809, et, durant ces trois mois, visita presque quotidiennement Haydn, qu'il vénérait. À son départ, il reçut en cadeau du maître, qui devait mourir trois mois et demi plus tard, le manuscrit autographe de la Harmoniemesse. En novembre 1809, Neukomm arriva à Paris, qui, pendant un demi-siècle, devait être sa résidence principale.

Mais il voyagea toujours beaucoup, séjournant de nouveau à Vienne dans la suite de Talleyrand lors du congrès de 1814-15, puis au Brésil de 1816 à 1821 (il y fit connaître des œuvres de Haydn et de Mozart). On le vit plusieurs fois en Angleterre, et en Algérie en 1834-35. En 1842, il participa à Salzbourg aux cérémonies en l'honneur de Mozart.

En 1804, Neukomm commença un catalogue de ses œuvres qu'il tint à jour jusqu'à sa mort : y sont inscrits 1 265 ouvrages qui ne constituent d'ailleurs pas la totalité de sa production. Celle-ci recouvre à peu près tous les genres : œuvres pour la scène, dont Der Nachtwächter (1804) et une musique de scène pour Athalie (1822), œuvres sacrées, dont plusieurs oratorios et cantates, symphonies, ouvertures, concertos, musique de chambre et de piano. Son Esquisse biographique, rédigée par lui-même (en français), parut à Paris en 1859 (rééd., Munich, 1977).