En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Gottlieb Naumann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur allemand (Blasewitz, près de Dresde, 1741 – Dresde 1801).

Après des études à la Kreuzschule de Dresde, il se rendit en Italie (1757) et y reçut les conseils de Tartini, du Padre Martini et de Hasse. Recommandé par ce dernier, il devint compositeur d'église, puis maître de chapelle (1776) à la cour de Dresde. À partir de 1777, il contribua à réorganiser la chapelle musicale de Stockholm, donnant notamment les opéras Cora och Alonzo (1782) et, surtout, Gustaf Wasa (1786), longtemps considéré comme l'opéra national suédois. Il se rendit aussi à Copenhague, où fut représenté en 1786 Orpheus og Eurydyke, et, la même année, se fixa de nouveau à Dresde, effectuant ultérieurement d'importants séjours à Berlin. Outre des œuvres instrumentales, on lui doit, entre autres, 12 oratorios (dont 1 français et 11 italiens) et 25 ouvrages pour la scène. Les premiers, parmi lesquels La Clemenza di Tito (1769), s'inscrivent dans la descendance de Hasse. Les suivants, dont La Dama soldato (1791), témoignent aussi de l'influence de Gluck et de l'opéra français, en particulier par leur usage du récitatif accompagné et du chœur.