En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Yves Nat

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste et compositeur français (Béziers 1890 – Paris 1956).

Il fait ses études de piano, de solfège et d'harmonie dans sa ville natale (avec C. Bourgeois) et donne son premier concert à l'âge de sept ans. Une fantaisie pour orchestre de sa composition qu'il dirige trois ans plus tard lui vaut d'être remarqué par Fauré et Saint-Saëns. En 1907, il obtient un premier prix de piano au Conservatoire national de Paris (classe de L. Diémer). Encouragé par Debussy et Ysaýe, il entre dans la carrière de concertiste, qu'il mènera jusqu'en 1934, date de sa nomination comme professeur de piano au Conservatoire de Paris. Dès lors, il ralentit une activité de concertiste menée malgré sa hantise de la foule et du « tapage », selon ses propres termes, pour se consacrer à l'enseignement et à la composition. Doté d'une main à large paume et aux doigts courts, Yves Nat se bâtit, à partir de doigtés non conformistes, une technique novatrice qu'il met au service de ses élèves. Le respect de la vérité expressive et une ferveur nourrie par la familiarité des œuvres restent les maîtres mots d'un art aux dimensions quasi métaphysiques. Extrêmement scrupuleux, ce n'est qu'à l'avènement du microsillon que Yves Nat s'est résigné à enregistrer quelques témoignages de son génie interprétatif : une intégrale des sonates de Beethoven et des pages de Schumann, Chopin, Brahms et Schubert. La sincérité est également la marque dominante d'une œuvre principalement dédiée au piano ­ des préludes, une sonatine, un concerto (qu'il a enregistrés lui-même) ­ et à la voix ­ des mélodies et son chef-d'œuvre, l'Enfer (1942), vaste fresque pour chœur et orchestre.