En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Henri Naderman

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Facteur d'instruments et éditeur français d'origine allemande (Fribourg 1735 – Paris 1799).

Conseillé à partir de 1777 par Krumpholtz, il construisit surtout des harpes, la plus célèbre étant celle de Marie Antoinette (1780), et publia un très grand nombre d'œuvres pour cet instrument. Il reprit en 1796 la firme et les plaques de l'éditeur Boyer. Il eut deux fils : Henri (Paris v. 1780 – id. après 1835), facteur d'instruments et homme d'affaires, actif dans la firme de son père, et François-Joseph (Paris 1781 – id. 1835), harpiste et compositeur. Membre le plus célèbre de la famille, ce dernier ne fut supplanté comme interprète que par Bochsa. En 1821 parut chez Naderman, comme prétendue nouveauté et sous le titre de Dernière Sonate pour le piano avec accompagnement de violon composée expressément pour Madame la Maréchale Moreau, le trio avec piano en mi bémol mineur no 41 (Hob. XV.31) de Haydn, écrit à Londres en 1795 et publié dès 1803 chez Traeg à Vienne. Après 1835, la maison d'édition cessa ses activités ou fut reprise par G.-J. Sieber.