En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tristan Murail

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Le Havre 1947).

Il a fait à Paris des études universitaires (licence ès sciences économiques, Institut d'études politiques, École nationale des langues orientales) et musicales, travaillant les ondes Martenot avec Jeanne Loriod et Maurice Martenot, et entrant en 1967 dans la classe de composition d'Olivier Messiaen (premier prix en 1971). Pensionnaire à l'Académie de France à la villa Médicis, à Rome, de 1971 à 1973, il participa en 1973 à la fondation de l'Itinéraire, dont il est toujours l'un des responsables, et en 1977 à celle du Collectif de recherche instrumentale et de synthèse sonore. Dès ses premières œuvres, il s'opposa radicalement au sérialisme postwebernien, ce qui se traduisit par un style parfois proche de celui de Ligeti et qui devait s'accuser par la suite. Récusant toute analyse « hors temps » de la musique ainsi que la découpe en « paramètres » de ses éléments, il affirme une conception unitaire et continue du phénomène sonore, et s'efforce de travailler le « son-durée » de l'intérieur, dans le contexte d'un temps uniforme et linéaire excluant toute discontinuité du discours. D'où des ouvrages dans lesquels les événements apparaissent et se transforment progressivement, sans césures ni silences, et dont les processus formels s'inspirent souvent des manipulations électroacoustiques (échos, bandes de réinjections, distorsions).

On lui doit notamment : Couleur de mer pour 15 instruments (1969), Antigravité pour 10 instruments (1969), Altitude 8 000 pour petit orchestre (1970), Mach 2,5 pour 2 ondes Martenot (1971), Lovecraft pour bande magnétique (1972), Au-delà du mur du son pour grand orchestre (1972 ; créé à Rome la même année), l'Attente pour 7 instruments (1972), les Nuages de Magellan pour 2 ondes Martenot, guitare électrique et ercussion (1973), Cosmos privé pour grand orchestre (1973 ; créé à Rome la même année), la Dérive des continents pour alto solo et 12 cordes (1973 ; créé à Royan, 1974), Sables pour grand orchestre (1974-75 ; créé à Royan, 1975), Emeth pour viole d'amour et dispositif électroacoustique (1975), Mémoire/Érosion pour cor solo et 9 instruments (1975), Échos/Mémoire pour alto et piano, plus violon et violoncelle ad libitum (1976), Territoires de l'oubli pour piano solo (1976-77), Tellur pour guitare solo (1977), Éthers pour 6 instruments plus continuo de maracas (1978), Treize Couleurs du soleil couchant pour 5 instruments et dispositif électroacoustique ad libitum (1979), les Courants de l'espace pour ondes Martenot, synthétiseur et petit orchestre (1979), les 7 Paroles du Christ en croix pour chœur et orchestre (1980), Gondwana pour orchestre (1980), Désintégrations pour 17 instruments et bande synthétisée (1982), Time and again pour orchestre (Metz 1986), Vues aériennes pour cor, violon, violoncelle et piano (Londres 1988), les Sept Paroles du Christ en croix pour chœur et orchestre (Londres 1989), Allégories pour ensemble de chambre (Paris 1990), Dynamique des fluides (1991).