En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gordon Mumma

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur américain (Framingham, Massachusetts, 1935).

Il fit ses études à Detroit (1949-1952), puis à l'université de Michigan (1952-53). Il travaille au studio de musique électronique de Ann Arbor (Michigan), et fut codirecteur du festival et assistant du département acoustique de l'Institut. Attaché comme compositeur à la compagnie de danse Merce-Cunningham et au Sonic Arts Group de New York, il s'est fait rapidement une réputation d'expérimentaliste, tant dans le domaine de l'électronique que dans une répartition personnelle des éléments sonores. Dans Meanwhile (1961), pour piano, percussion, sons électroniques préenregistrés et « un autre instrument sur lequel un des exécutants est expert », la notation ne concerne que les gestes accompagnant le rôle qu'ils jouent quand ils passent d'un instrument à l'autre, afin, dit-il, de rendre tout son sens à l'aspect visuel de l'exécution que l'usage de la musique enregistrée a compromis. Il est également l'inventeur d'un système « cybersonic » en fonction duquel un contrôle semi-automatique permet d'intégrer à l'ensemble d'une composition tout ou partie des éléments du son musical. Il reconnaît ici l'influence des compositeurs, danseurs et artistes de la compagnie Merce-Cunningham.

En dehors de Gestures II pour 2 pianos (1962), toute la production de Gordon Mumma est une synthèse entre musique instrumentale et musique électronique : Megaton for William Burroughs, Music for the Venezia Span Theatre, The Dresden Interleaf 13 February 1945, Le Corbusier, Hornpipe, Digital Process, Swarm, Runway, Beam, Conspiracy 8.