En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Muffat

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de musiciens autrichiens.

Georg, organiste et compositeur (Megève 1653 – Passau 1704). D'origine française, il travailla à Paris avant de se rendre en Autriche, à Ingolstadt et à Vienne, puis en Bohême, à Prague. Nommé organiste de l'archevêque-électeur de Salzbourg en 1678, il devint maître de chapelle du prince-évêque de Passau en 1690 et le resta jusqu'à la fin de sa vie. En 1682, il était allé à Rome, travailler auprès de Corelli et de Pasquini. Ainsi fut-il marqué par les grands styles européens de son temps, français, italien et autrichien, ce que reflète une importante musique instrumentale qui devait à son tour influencer J. S. Bach. Son œuvre majeure est l'Apparatus musico-organisticus (1690), recueil d'œuvres pour orgue consistant principalement en 12 toccatas. Pour ensemble orchestral, il a laissé notamment Armonico tributo cioè sonate di camera (1682) et deux livres intitulés Suavioris instrumentalis hyporchematicae (1695, 1698), dans lesquels Haendel a puisé plusieurs thèmes de ses Concertos grossos.

Gottlieb, organiste et compositeur, fils du précédent (Passau 1690 – Vienne 1770). Élève de Fux, organiste de la chapelle impériale, il fut le professeur de musique de Marie-Thérèse et de François Ier d'Autriche. Il a laissé une abondante production d'œuvres pour l'orgue et pour le clavecin, et principalement 72 Versetlsammt 12 Toccaten (1726) et Componimenti musicali per il cembalo (v. 1739).