En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomas Morley

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur anglais (Norwich 1557 ou 1558 – Londres 1602).

Également théoricien et éditeur, il fut le plus influent, et le plus marqué par l'Italie, de tous les madrigalistes anglais de la fin du xvie siècle et du début du xviie. Choriste à Norwich, élève de William Byrd, diplômé d'Oxford (1588), il devint (sans doute en 1591) organiste à Saint-Paul de Londres, et en 1592 fut fait gentilhomme de la chapelle royale. En 1598, il obtint le monopole de l'édition musicale. Ses œuvres les plus anciennes (1576) sont deux motets, Domine, Dominus noster et Domine, non exaltatum cor meum. Il écrivit aussi de la musique religieuse anglicane et de la musique pour clavier influencée par Byrd, mais c'est comme madrigaliste qu'il atteignit le tout premier rang.

Musicien brillant, il ne parvint jamais à la profondeur d'un Byrd, ni à la mélancolie d'un Weelkes, mais resta sans rival dans le madrigal léger. Il introduisit le style italien en Angleterre non seulement comme compositeur, mais comme traducteur, comme arrangeur, et même comme propagandiste. Il édita par exemple deux anthologies de musique italienne (1597 et 1598), ainsi que des arrangements de Canzonette de Felice Anerio et de Balletti de Giovanni Gastoldi. De même, A Plaine and Easie Introduction to Practicall Musicke (1597) apparaît à la fois comme l'un des plus importants ouvrages de théorie musicale en langue anglaise et comme une œuvre de propagande en faveur de la musique italienne.

Sans doute Morley connut-il Shakespeare, car deux de ses Ayres font appel à des textes du dramaturge : O Mistress mine (Twelfth Night) et It was a Lover and his Lass (As you like it). De 1593 à 1601 parurent de lui onze publications parmi lesquelles Canzonets to 3 Voices (1593), Canzonets to 2 Voices (1595), Madrigals to 4 Voices (1595), première publication anglaise à porter explicitement le titre de « madrigaux », Canzonets to 5 and 6 Voices (1597), et Ballets to 5 Voices (1600). Citons également The First Book of Ayres (1600), avec luth et basse de viole et dont les 21 pièces sont suivies d'une pavane et d'une gaillarde, et The First Book of Consort Lessons (1599), magnifique recueil de 23 pièces (toutes ne sont pas de lui) pour luth, guitare basse, cistre, flûte à bec basse et dessus et basse de viole. Morley fut également à l'origine de The Triumphes of Oriana (1601), recueil de madrigaux (dont deux de lui) de 23 compositeurs différents destiné à honorer aussi bien la reine Élisabeth que le genre musical dont il s'était fait le champion.