En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

R. Aloys Mooser

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue et critique musical suisse (Genève 1876 – id. 1969).

Descendant d'une grande famille de facteurs d'orgues suisses par son père, et de mère russe, il étudie l'orgue avec Otto Barblan à Genève, puis part à Saint-Pétersbourg en 1896. Organiste titulaire de l'Église réformée française durant tout son séjour (1896-1909), il étudie la composition avec Balakirev et l'orchestration avec Rimski-Korsakov, tout en étant critique musical au Journal de Saint-Pétersbourg, périodique français. De retour à Genève en 1909, il est critique musical au quotidien la Suisse (jusqu'en 1962) et crée en 1915 les Auditions du jeudi, consacrées à la musique contemporaine, qu'il anime jusqu'en 1921. Il continue à exprimer son intérêt pour la musique moderne dans la revue musicale indépendante Dissonances, qu'il fonde en 1923 et édite jusqu'en 1946. Dans ce périodique et dans une série de publications (Regards sur la musique contemporaine, 1921-1946 ; Panorama de la musique contemporaine, 1947-1953 ; Aspects de la musique contemporaine, 1953-1957 ; Visage de la musique contemporaine, 1957-1961), il affirme ses opinions sur la musique de son temps, et son témoignage est encore, à l'heure actuelle, très précieux. Opposé, en général, aux expériences dodécaphoniques et sérielles auxquelles il préfère un genre plus traditionnel (A. Honegger, F. Martin), il admet néanmoins l'importance de compositeurs comme Berg et Webern, et reste ouvert à tous les courants. Il a, en outre, grandement contribué à notre connaissance de la diffusion de la musique européenne en Russie au xviiie siècle.