En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

StanisÐaw Moniuszko

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur polonais (Ubiel, Biélorussie, 1819 – Varsovie 1872).

Il fait ses études d'harmonie et de composition au conservatoire de Varsovie et à Berlin, puis s'installe à Vilno et y enseigne la composition. En 1858, au moment du succès de son opéra Halka, il se rend à Varsovie où il séjournera jusqu'à la fin de sa vie. Il est nommé directeur de l'opéra de cette ville. Il est incontestablement considéré comme le plus grand compositeur polonais d'opéras et de mélodies. Halka, le premier opéra national polonais, le rendit célèbre, et synthétise en quelque sorte les intentions esthétiques et les moyens techniques que des compositeurs comme Elsner, Stefani ou Kamienski avaient commencé à explorer, en particulier dans leurs œuvres basées sur des livrets en langue polonaise.

Si l'influence de l'opéra italien est indéniable, notamment dans les œuvres de jeunesse que sont les opérettes comme Une nuit dans les Apennins et le Nouveau Don Quichotte, Moniuszko ne recherche pas moins un style spécifiquement polonais susceptible de toucher l'âme populaire à travers une réactualisation de ses traditions. C'est donc bien l'essence de la mythologie polonaise qui se trouve impliquée dans les opéras la Comtesse (1858-59), The Raftsman (1858), Paria (1859-1869), ou les cantates Milda (d'après un roman de J. I. Kraszewski) et Nijola.

Plus globalement, Moniuszko n'a cessé de s'adresser, à travers son œuvre, au tempérament musical polonais, notamment dans ses mélodies (12 fascicules d'environ 400 chants qui connurent un vif succès auprès des couches moyennes de la société polonaise). Tandis que Chopin dépasse toute spécificité nationale, Moniuszko peut prétendre représenter, au cœur même de son pays, la Pologne du xixe siècle. Sa popularité fut telle que soixante-dix mille personnes assistèrent à ses funérailles.