Identifiez-vous ou Créez un compte

Merikanto

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de compositeurs finlandais.

Oskar (Helsinki 1868 – Oitti 1924). Auteur de 3 opéras (Pohjan neiti, 1899 ; Elinan surma, 1910 ; Regina von Emmeritz, 1920), de 150 mélodies, 55 chœurs, 60 pièces pour piano, 100 chorals pour orgue. Dans l'ombre de Sibelius, O. Merikanto, mélodiste imaginatif, sut construire un œuvre, qui, pour appartenir, à l'origine, surtout, à la musique de salon, n'en devint pas moins une part importante du patrimoine vivant de son pays. Ses mélodies sont aujourd'hui populaires, connues, appréciées et chantées dans tous les milieux.

Aarre (Helsinki 1893 – id. 1958). Fils du précédent, il étudie à Helsinki, Leipzig et Moscou. Pionnier de la musique contemporaine finlandaise, il s'oppose radicalement à son père ; moderniste, ouvert aux mouvements musicaux européens de son temps, il se heurte à l'établissement musical qui refuse de diffuser ses œuvres les plus originales (il n'entendit jamais son opéra Juha, 1922, créé à la scène en 1963 et aujourd'hui considéré comme l'opéra national finlandais). Après avoir subi les influences de Reger, dont il possède la solidité formelle, de R. Strauss et de Scriabine pour l'orchestration et parfois l'harmonie, il côtoie l'impressionnisme et admire l'exemple viennois. Ses œuvres les plus radicales sont Fantaisie pour orchestre (1923), Pan (1924), Concert pour neuf instruments (1925), Étude symphonique (1928), Dix Pièces pour orchestre (1930). La suite en quatre mouvements le Rapt de Kyllikki (1935) inaugura chez lui une période plus traditionnelle.

Malgré sa remarquable technique, il est probable que les contraintes sociales n'ont pas permis à ses dons évidents de s'épanouir pleinement, et qu'elles furent l'une des causes de l'échec de l'évolution de son esthétique.