En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

L'Épine ou Lespine ou Lépine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de facteurs d'orgues français, originaires du sud-ouest de la France et actifs durant tout le xviiie siècle.

Le plus ancien organier connu de la famille est Adrian (1er tiers xviiie s.), qui travailla à la restauration des orgues de la cathédrale de Bordeaux (1711), de Saint-Jean-de-Luz (1724) et de Saint-Michel de Bordeaux (1731). Jean-François Ier, son frère (Abbeville v. 1682 – Toulouse 1762), s'est fixé à Toulouse vers 1725. Il est le véritable fondateur de la dynastie et en a établi la réputation. En relation avec les organiers Isnard et Cavaillé, il travailla à Albi et à Rodez. Ses principaux instruments sont les orgues des Cordeliers à Toulouse (1727) et de la cathédrale de Lodève (1752). Son fils, Jean-François II, dit l'aîné (Toulouse 1732 – Pézenas 1817), a travaillé avec Isnard et le fameux théoricien Dom Bédos de Celles. Établi à Pézenas, il a réalisé les instruments de Béziers, Pézenas (1755), Narbonne (Saint-Just, 1770-71) et Montpellier (cathédrale, 1776-1780). Adrien, frère de Jean-François II (Toulouse 1735 – Paris ?). Il s'est installé à Paris, où il a épousé la sœur de l'organier François-Henri Clicquot. Ses principaux instruments sont ceux de Nantes (cathédrale, 1767), Nogent-sur-Seine, Brie-Comte-Robert, la chapelle de l'École militaire de Paris (1772), Saint-Médard de Paris (1778) et Montargis (1778). Il a également construit des clavecins. En 1772, il a présenté à l'Académie des sciences un système de piano-forte organisé de son invention, à deux claviers, le second clavier actionnant quatre jeux d'orgue.