En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jenny Lind

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Soprano suédoise (Stockholm 1820 – Wynds Point, Hertfordshire, Grande-Bretagne, 1867).

Elle débuta à Stockholm en 1838 dans le rôle d'Agathe du Freischütz de Weber. À Paris, trois ans plus tard, elle ne put achever une représentation de Norma et perdit la voix. Elle travailla alors avec García et fut en mesure de reprendre sa carrière. Elle triompha ensuite dans le monde entier, rivalisant avec Giulia Grisi dans le rôle de Norma. À Londres, en 1847, elle créa I Masnadieri que Verdi avait spécialement écrit pour elle. À partir de 1849, elle se retira de la scène, au nom des principes moraux en faveur dans la société victorienne, mais continua de se produire en récital ou dans des oratorios. Elle consacrait une grande partie de son temps à des causes charitables, à toutes sortes de bonnes œuvres, non sans quelque ostentation. Sa voix était remarquable pour sa pureté et son agilité. Son étendue (presque trois octaves) lui permettait d'exceller aussi bien dans les rôles dramatiques que dans les parties de soprano aigu, qu'elle ornementait à l'extrême. Elle fut surnommée « le Rossignol suédois », et n'inspira pas moins d'une vingtaine de livres en anglais, allemand et suédois.