En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Leningrad

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Dans le domaine musical, les premières années du pouvoir soviétique sont marquées par la nationalisation et la transformation de nombreux organismes musicaux, dont le conservatoire (auquel est adjoint, en 1923, un studio d'opéra), la Chapelle impériale (devenue la Chapelle académique d'État), le théâtre Marie (devenu le théâtre d'opéra et de ballet, et, à partir de 1935, le théâtre Kirov). L'année 1918 voit l'ouverture du théâtre Maly (le petit théâtre). Les initiatives de Lounatcharski, commissaire du peuple à l'instruction, favorisent les activités musicales dans les couches populaires. En 1923, la Philharmonie de Petrograd rassemble l'Orchestre symphonique d'État, la chapelle d'État, le Chœur communal des travailleurs (anciennement chœur Arkhangelski, du nom de son fondateur) et le quatuor Glazounov. Les concerts de la Philharmonie, dirigés par Cooper, Klimov, Malko, Samosoud, sont consacrés au répertoire classique ainsi qu'aux contemporains russes et occidentaux.

Au cours des années 20, Leningrad est à la pointe des réalisations artistiques. Après les reprises d'opéras de Wagner en 1923 (Tannhäuser, Lohengrin, Siegfried), ce sont les œuvres dramatiques de Schreker (Der ferne Klang, 1925), de Prokofiev (l'Amour des trois oranges, 1926), de Berg (Wozzeck, 1927), de Křenek (Johnny spielt auf, 1928) qui sont représentées, grâce aux initiatives de l'Association pour la musique contemporaine (fondée en 1924), tandis que les œuvres pianistiques de ces mêmes compositeurs, ainsi que celles de Bartók et du groupe des Six, sont révélées par des pianistes comme Maria Youdina.

La culture musicale et la musicologie sont représentées par Ivan Sollertinski, qui fait des cours publics d'histoire de la musique, et, surtout, par Boris Assafiev et Paul Lamm, qui entreprennent de restituer toute l'œuvre de Moussorgski d'après les manuscrits originaux. En 1928, la version originale de Boris Godounov est jouée à Leningrad.

Dans le domaine de la mise en scène d'opéra, les recherches d'avant-garde aboutissent, en 1935, à la Dame de pique de Tchaïkovski, dans la mise en scène de Meyerhold, qui suscite de violentes polémiques.

Leningrad est lié au nom du plus illustre compositeur soviétique : Dimitri Chostakovitch (1906-1975), qui fit dans cette ville toutes ses études et y fit ensuite représenter ses opéras le Nez (1930) et Lady Macbeth de Mzensk (1934). Il dédia, en 1942, à sa ville natale sa 7e Symphonie.

Parmi les autres représentants de l'art musical de Leningrad, il faut citer le compositeur populaire Soloviev-Sedoï (1907-1979), le pianiste Vladimir Sofronistki (1901-1961), le chef d'orchestre E. Mravinski (1906-1988), les musicologues Guinzbourg, Drouskin, Raaben, et le compositeur Boris Tistchenko (né en 1939), élève de Chostakovitch, qui est actuellement l'un des compositeurs les plus en vue de l'ancienne U. R. S. S.

Depuis 1944, le conservatoire de Leningrad porte le nom de Rimski-Korsakov.

Pour la période prérévolutionnaire : → SAINT-PÉTERSBOURG.