En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Erich Leinsdorf

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre américain d'origine autrichienne (Vienne 1912 – Zurich 1993).

Après avoir terminé ses études (piano, violoncelle et composition) à l'académie de musique de sa ville natale, il est engagé comme répétiteur au Singverein der Sozialdemokratischen Kunstelle, que dirige Webern. De 1934 à 1937, il est l'assistant de Bruno Walter, puis de Toscanini au festival de Salzbourg. À la suite d'une tournée remarquée en Italie, il est nommé, en 1937, sur la recommandation de Lotte Lehmann, chef assistant au Metropolitan Opera de New York, où il débute en dirigeant la Walkyrie. Malgré l'opposition de certains chanteurs, dont Lauritz Melchior et Kirsten Flagstad, il se voit confier en 1939 la responsabilité du répertoire allemand. Il succède en 1943 à Arthur Rodzinski, à la tête de l'orchestre de Cleveland, qui rompt son contrat en 1946.

Après avoir été directeur musical de l'orchestre philharmonique de Rochester (1947-1955), Leinsdorf renoue avec les théâtres lyriques, dirigeant tour à tour le New York City Opera (1956), puis le Metropolitan Opera (1957-1962), en tant que conseiller musical. Deux demi-échecs pour cet ennemi de la routine, qui accepte un dernier poste, celui de directeur musical de l'orchestre symphonique de Boston (1962-1969). Il y poursuit l'action de Charles Munch en élargissant le répertoire. À partir de 1969, renonçant à tout poste fixe, il mène une carrière de chef invité, aussi bien au Metropolitan (qu'il dirige à Paris, dans le cadre du Théâtre des nations) que dans différents festivals (en 1972, il dirige Tannhäuser à Bayreuth). Il se consacre de plus en plus à la pédagogie, aussi bien par des cours de perfectionnement, à Tanglewood, en particulier, que par des concerts pour enfants.

Méconnu en Europe, où sa carrière lui a valu une réputation d'instabilité, Leinsdorf a toujours défendu une conception ludique de la musique, privilégiant la spontanéité et l'intuition. Sa direction est à l'image de l'homme : élégante et probe.