En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gottfried Wilhelm Leibniz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Philosophe allemand (Leipzig 1646 – Hanovre 1716).

Appartenant au siècle des Lumières, Leibniz contribua de fait à la naissance de l'esthétique théorique. Il n'a pas laissé d'écrit sur la musique, mais sa correspondance, avec Conrad Hefling notamment, montre qu'il s'est intéressé au calcul des intervalles et qu'il connaissait les bases théoriques de la musique. Dans son système de l'harmonie préétablie, la musique ne pouvait que rendre compte de l'ordre mathématique et harmonieux du monde et c'est là ce qui expliquait son effet sur les sens. Leibniz indiquait, d'autre part, quelle place il convenait d'attribuer à la musique au sein de sa théorie de la connaissance en écrivant dans une lettre à Christoph Goldbach (1712) : « Musica est exercitium arithmeticae occultum nescientis se numerare animi », et dans les Principes de la nature et de la grâce fondés en raison (1714) : « Les plaisirs mêmes des sens se réduisent à des plaisirs intellectuels confusément connus. La musique nous charme quoique sa beauté ne consiste que dans les convenances des nombres et dans le compte dont nous ne nous apercevons pas, et que l'âme ne laisse pas de faire, des battements ou vibrations des corps sonnants qui se rencontrent par certains intervalles. »