En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lefebvre, dit Lefébure-Wély

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille d'organistes et compositeurs français.

Isaac-François, organiste ( ? 1746 – Paris 1831). Il fut organiste à Saint-Jacques-du-Haut-Pas, à Paris, puis à Saint-Roch. Il publia quelques compositions (sonates pour violon et clavecin, quatuor pour deux violons, clavecin et basse continue, 3 recueils d'airs), et fut surtout connu pour son oratorio sur les Sept Paroles du Christ.

Louis James Alfred, fils du précédent (Paris 1817 – id. 1869). Il fut, lui aussi, organiste et compositeur. Enfant prodige, il débuta très tôt : il suppléait son père à Saint-Roch dès l'âge de dix ans, et devint titulaire de l'instrument à quinze ans, avant même d'entrer au Conservatoire. Il a été ensuite organiste à l'église de la Madeleine (1847-1858), puis à Saint-Sulpice (1863-1869). Il fut le plus célèbre organiste du second Empire, admiré pour ses improvisations descriptives. Ardent propagandiste de l'harmonium, alors appelé « orgue expressif », il marque l'apogée de la décadence du goût et de la technique de l'orgue français, au moment même où s'en amorce la renaissance. Ses œuvres témoignent de sa prolixité : l'Office catholique, l'Organiste moderne, Vade-mecum de l'organiste, les Grandes Orgues, nombreuses pièces pour harmonium, etc. Il est également l'auteur d'une abondante œuvre pour piano, de musique de chambre et d'un opéra, les Recruteurs.