En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maurice Le Roux

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et chef d'orchestre français (Paris 1923 – Avignon 1992).

Élève du Conservatoire de Paris, il a fait ses études notamment avec Olivier Messiaen, puis avec René Leibowitz. Ayant obtenu un premier prix de direction avec Louis Fourestier en 1952, il dirigea l'Orchestre national de 1960 à 1968, se faisant une réputation de défenseur de la musique contemporaine. Il est ensuite devenu producteur d'une série d'émissions, Arcana, à la télévision, et aussi conseiller artistique à l'Opéra de Paris (1968-1973), puis inspecteur général de la musique (depuis 1973). Comme chef, il a notamment réalisé le premier enregistrement de la Turangalila Symphonie d'O. Messiaen.

Comme compositeur, on lui doit, entre autres, une sonate pour piano (1946), Deux Mimes pour orchestre (1948), Trois Psaumes de Patrice de la Tour du Pin (1948), Au pays de la magie, mélodies sur des poèmes de Henri Michaux (1951), le Cercle des métamorphoses pour orchestre (1953), Un Koan (1974), les ballets le Petit Prince, d'après Saint-Exupéry (1949), et Sable (1956), des musiques de scène pour le Château de Kafka (1957) et Jules César de Shakespeare (1960), et de nombreuses musiques de film, dont celles de Crin blanc (1952), les Mauvaises Rencontres (1955), Ballon rouge (1955), Amère Victoire (1957), les Mistons (1958), le Petit Soldat (1960), Vu du pont (1961), la Chamade (1968), Contes immoraux (1975), les Jardins secrets (1978). Il a aussi écrit, en 1944, la marche officielle de la 2e division blindée. Comme musicologue, il a signé quatre ouvrages : Introduction à la musique contemporaine (1947), Monteverdi (1951), la Musique (ouvrage collectif, 1979) et Boris Godounov (1980).