En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Le Duc

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de musiciens français.

Simon, violoniste et compositeur (Paris 1742 – id. 1777). Élève de Pierre Gaviniès, il fut engagé en 1759 au Concert spirituel, d'abord comme second violon, puis, en 1763, comme premier violon et soliste. Il quitta ce poste en 1764, peu après avoir fait entendre sa première œuvre, une sonate pour violon publiée en 1767 dans son opus 1. Il se produisit, à nouveau, au Concert spirituel en 1773, et, la même année, devint avec Gossec et Gaviniès codirecteur de l'institution. Il ne fut pas lui-même éditeur, mais publia à compte d'auteur, à partir de 1767, ses quatre premiers numéros d'opus. Comme violoniste, il fut admiré par Leopold Mozart. Comme compositeur, il écrivit 45 ouvrages, dont 6 sonates et 3 concertos pour violon, 3 trios pour orchestre, 1 symphonie concertante et 3 remarquables symphonies (1774-1776) publiées chez son frère Pierre, la première en 1776 et les deux autres en 1777, après sa mort.

Pierre, violoniste et éditeur (Paris 1755 – Pays-Bas 1816). Frère et élève du précédent, il en publia et en diffusa les œuvres, ayant fondé sa propre maison d'édition en 1775. Cette maison absorba notamment celle de La Chevardière en 1784 ou 1785 et publia, entre autres, des ouvrages de Haydn.

Auguste, éditeur (Paris 1779 – id. 1823). Fils du précédent, il lui succéda à la tête de sa maison d'édition en 1803 ou 1804.