En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paschalde L'Estocart

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Noyon av. 1540 – ? apr. 1584).

Il semble avoir séjourné très jeune en Italie, mais il se fixa bientôt à Bâle et à Genève, où il fréquenta une Académie des lettrés huguenote. Il obtint un privilège pour la publication de ses œuvres en 1581 à Genève. L'année suivante parurent les deux livres des Octonaires de la vanité du monde sur des poèmes d'Antoine de La Roche-Chandieu, quelques années avant le chef-d'œuvre de Cl. Le Jeune écrit sur ces mêmes poèmes de huit vers (octonaires). Nommé professeur à l'université de Bâle, il se mit ensuite au service du duc de Lorraine à Nancy. En 1583, il dédicaça au futur Henir IV ses 50 Psaumes de David mis en langue française par Cl. Marot et Th. de Bèze. Puis il remporta le prix de la harpe d'argent au puy d'Évreux pour son motet Ecce quam bonum et quam jucundum. Ses œuvres reflètent une vive influence italienne, notamment par la présence fréquente de l'accord de sixte augmentée. D'autre part, son écriture reste dans la tradition d'un contrepoint sévère.