En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

György Kurtag

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur hongrois d'origine roumaine (Lugoj, Roumanie, 1926).

Il doit à sa mère sa première formation musicale. En 1946, il s'installa à Budapest et suivit à l'Académie de musique les cours de P. Kadosa (piano), Leo Weiner (musique de chambre), S. Veres et F. Farkas (composition). Il travailla, en 1957, à Paris avec Marianne Stein, Darius Milhaud et Olivier Messiaen, et, en 1971, obtint une bourse d'études pour Berlin. Depuis 1967, il enseigne à l'Académie de musique de Budapest (piano, puis musique de chambre). Il considère que son œuvre commence avec le Quatuor à cordes op. 1 (1959), écrit sous le coup de sa découverte de l'école viennoise. Son langage sériel, libre et personnel, utilise des phrases courtes et incisives, d'une rigueur toute wébernienne. En témoignent, notamment, le Quintette à vent op. 2 (1959), les Huit Pièces pour piano op. 3 (1960), les Huit Duos pour violon et cymbalum op. 4 (1961). Il s'est définitivement imposé sur le plan international avec Bornemisza Peter mondasai (les Dires de Peter Bornemisza) op. 7, « concerto pour soprano et piano » créé à Darmstadt en 1968 et fait de 24 brefs mouvements d'une durée totale d'un peu moins de 40 minutes. Il s'agissait de sa première œuvre vocale, au texte tiré d'un sermon du xvie siècle. Suivirent notamment En souvenir d'un crépuscule d'hiver op. 8 pour soprano, violon et cymbalum, au style mélodique plus ample (1969), 4 Caprices op. 9 pour soprano et ensemble instrumental (1971), Quatre Mélodies op. 11 (1973-1975), Hommage à Andras Mihaly : 12 microludes pour quatuor à cordes op. 13 (1977-78), Sept Bagatelles pour flûte, piano et contrebasse op. 14b (1981), Omaggio a Luigi Nono pour chœur a cappella op. 16 (1979), Messages de feu Mademoiselle R. V. Troussova pour soprano et ensemble de chambre sur un texte de Rimma Dalos op. 17 (1979-80), Quinze Chants pour soprano et 3 instruments op. 19 (1981-82), Fragments pour soprano solo sur un texte de J. Attila op. 20 (1981), Sept Chants pour soprano et cymbalum op. 22 (1981), Kafka Fragmente pour soprano et piano (1986), … Quasi una fantasia… pour piano et ensemble (Berlin, 1988), Hölderlin : An… pour ténor et piano (1989), Double Concerto pour piano, violoncelle et orchestre (1991).