En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hermann Kretzschmar

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue allemand (Olbernhau, Saxe, 1848 – Berlin 1924).

Après avoir été élève de la Kreuzschule de Dresde, puis du conservatoire de Leipzig, il soutint une thèse sur la notation musicale ancienne, De signis musicis quae scriptores per priman medis aevi partem usque ad Guidonis Aretini (Leipzig, 1871), et enseigna successivement au conservatoire de Leipzig (1871), à l'université de la même ville (1887), puis à l'université de Berlin (1904), avant de diriger la Hochschule für Musik de Berlin (1909-1920).

Musicien cultivé, organiste et chef de chœur, il a écrit des œuvres pour orgue et compose de la musique vocale profane aussi bien que sacrée, mais c'est à son œuvre de théoricien qu'il doit sa notoriété. Il introduisit, en effet, l'herméneutique dans l'esthétique musicale, c'est-à-dire une analyse qui considérait les œuvres comme les signes d'émotions ou d'états d'âme vécus par les compositeurs.

S'intéressant également à la pratique musicale, Kretzschmar publia notamment Führer durch den Konzertsaal (3 vol., Leipzig, 1888-1890), que d'autres spécialistes complétèrent après sa mort, et plusieurs manuels d'histoire de la musique. Il édita, d'autre part, les volumes 8, 9 et 42 de la Denkmäler deutscher Tonkunst, dont il fut l'éditeur général de 1911 à 1919.