En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ossip, Josip, Joseph Kozlowski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur russe d'origine polonaise (Varsovie 1757 – Saint-Pétersbourg 1831).

Il donna des leçons de musique au fils du prince Oginski, avant de partir pour la Russie, où il participa à la guerre contre les Turcs. Il fut ensuite, pendant plusieurs années, le musicien attitré du prince Potemkine. À la mort de ce dernier, il fut nommé directeur des Théâtres impériaux. Son œuvre est partagée entre la musique de scène de style sérieux, où il se montra le continuateur de Fomine, et la musique d'apparat, profane ou religieuse, pleine d'éclat et de solennité. Il a composé la musique pour les pièces Œdipe et Fingal de Oserov (1804, 1805), l'opéra Esther sur un livret de Kapnist, un Requiem pour la mort du roi de Pologne Stanislas August (1798), un Te Deum pour le couronnement du tsar Nicolas Ier et de nombreuses polonaises avec chœur et orchestre. L'une d'entre elles, Retentis, tonnerre de la victoire, sur un texte de Derjavine, écrite en 1791 pour la victoire des Russes sur les Turcs, fut exécutée au palais de Potemkine en présence de Catherine II et conserva jusqu'en 1833 la valeur d'hymne national ; Tchaïkovski l'a introduite dans son opéra la Dame de pique. Kozlowski a également joué un rôle important dans la formation de la romance russe, sentimentale et teintée d'intonations populaires.