En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ctirad Kohoutek

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Zábřeh 1929).

Il doit sa formation à R. Kvapil à l'académie Janáček de Brno. Ses premières œuvres restent dans la tradition folklorisante morave, mais, dès 1957, sa Suite pour alto et piano fait appel au souvenir de Bartók et à une écriture sérielle stricte. Il consigne même ses études sur l'école de Vienne dans une thèse, Novobodé Skladebné teorie západoevropské hudby (« Nouvelles techniques de composition d'Europe occidentale », Brno, 1962). Il poursuit son évolution vers un sérialisme de plus en plus personnel dans son Concerto pour violon (1957-58), un Quatuor à cordes (1959), un Concertino pour violoncelle et orchestre de chambre (1964), enfin des Préludes pour orchestre de chambre (1965), véritable « livre pour cordes » démontrant son goût pour la mélodie de timbre et des jeux de contrastes basés sur la dynamique de la phrase musicale et de ses « pôles » tonaux. Il explique ses théories dans Projektová hudební kompozice (« Technique de composition de demain », Prague, 1969). Il étend ces théories à son œuvre de piano (Inventions, 1965, proche sur le plan sonore et graphique des Klavierstücke de Stockhausen), puis à des chœurs pour enfants (Berceuses pour Misha, 1969), et à l'orchestre (Pantheon, image sonore, 1970).