En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Otto Jahn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Archéologue, philologue et musicologue allemand (Kiel 1813 – Göttingen 1869).

Docteur en philologie à l'université de Kiel (1839), il fut nommé professeur d'archéologie à Greifswald en 1842 et directeur du musée d'Archéologie de Leipzig en 1847. Suspendu de ses fonctions à cause de ses idées politiques (1851), il enseigna l'archéologie à l'université de Bonn à partir de 1855, puis s'installa à Göttingen peu avant sa mort.

Sa biographie de Mozart (4 vol., Leipzig, 1856-1859 ; 2 vol., rév. 1867), qui connut de nombreuses rééditions, lui vaut de figurer parmi les pionniers de la musicologie allemande au xixe siècle. Cet ouvrage fut, en effet, le premier à mettre en œuvre la méthode critique comparative élaborée par la philologie classique et servit longtemps de modèle aux biographies musicales.

Jahn publia d'autres travaux, dont la réduction pour piano et chant de la deuxième version du Fidelio de Beethoven (Leipzig, 1851), composa des mélodies et entreprit les biographies de Beethoven et de Haydn, qu'il ne put ou ne voulut pas achever. Mais ces dernières recherches furent utilisées par d'autres musicologues : A. W. Thayer et H. Deiters pour Beethoven, et C. F. Pohl pour Haydn.

La place éminente de Jahn dans l'histoire de la musicologie ne fut pas contestée : Hanslick citait ses ouvrages pour appuyer ses propres thèses dans son opuscule Du beau dans la musique, tandis que Köchel lui dédia son catalogue thématique des œuvres de Mozart.