En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sainte Hildegarde

(Hildegard von Bingen)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Poétesse, mystique et femme compositeur allemande (Bermersheim 1098 – Rupertsberg, près de Bingen, 1179).

Destinée à l'Église par ses parents aristocrates, elle prit le voile à l'âge de quinze ans et succéda en 1136 à la mystique Jutta de Spanheim comme mère supérieure du monastère bénédictin de Disododenberg. Entre 1147 et 1150, elle fonda un monastère sur le Rupertsberg, puis vers 1165 un autre à Eibingen, près de Rüdesheim. Surnommée la « Sibylle du Rhin », elle se mêla activement de politique et de diplomatie. Sur le plan musical, son importance réside dans ses chants monodiques, expressément conçus pour une tessiture féminine, s'écartant du plain-chant et souvent sur ses propres textes (elle réunit ses poèmes peu après 1150 sous le titre de Symphonia armonie celestium revelationum). Elle a laissé aussi des ouvrages littéraires, des traités scientifiques et une vaste correspondance.