En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jonathan Harvey

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur anglais (Sutton Coldfield 1939).

Choriste au Saint Michael's College de Tenbury (1948-1952), il poursuit sa formation musicale au Saint John's College de Cambridge et prend des cours privés avec Erwin Stein et Hans Keller, qui le familiarisent avec la technique dodécaphonique. Il obtient son doctorat à l'université de Glasgow (1964), fréquente les cours de Darmstadt (1966), où il est fasciné par la personnalité de Karlheinz Stockhausen (il publiera en 1975 The Music of Stockhausen, Londres), travaille avec Milton Babitt à l'université de Princeton (1970). Auditeur passionné, admirateur de la musique religieuse du xvie siècle, du bouddhisme et du spiritualisme de Rudolf Steiner, Harvey écrit une musique où se mêlent l'intuition et la méditation, la sensualité, l'empirisme et le mysticisme. Il utilise les techniques les plus avancées (From Silence pour soprano, violon, alto, percussion, trois claviers électroniques, ordinateur et bande, 1988). Dans l'opéra Inquest of Love, l'électronique élargit le diapason orchestral et crée des images sonores rudes, inquiétantes, alors que dans The Valey of Aosta pour ensemble instrumental et deux synthétiseurs pilotés par ordinateur (1988), Harvey cultive son goût pour les sonorités évanescentes en s'inspirant plus ou moins des contours vagues du tableau homonyme de Turner. Dans son Quatuor à cordes no 1 (1977), il se sert d'une « note seule (qui) s'élargit en une mélodie et une harmonie » pour « passer de l'élément naturaliste à l'élément spiritualiste ». Un Deuxième Quatuor à cordes (1988) contient des unissons (réels ou faux) adoptant un ton presque prophétique, assez inattendu dans ce répertoire. On lui doit aussi Mortuos plango, vivos voco (1980), où il retrouve l'esprit de la polyphonie vocale religieuse, reconstitué à travers les composants spectraux d'une cloche de la cathédrale de Winchester et de la voix de son propre fils ; Bhakti pour orchestre de chambre et bande (1982) ; Lotuses pour flûte et trio à cordes (1992). Dans cette dernière œuvre, Harvey s'inspire de la vision bouddhique du lotus, symbole de « la multiplicité du monde des formes à travers lequel brille la lumière de la vérité ».