En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Roy Harris

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur américain (Lincoln County, Oklahoma, 1898 – Santa Monica, Californie, 1979).

Il étudie la philosophie grecque et la théologie hindoue avant la musique, à laquelle il vient assez tard. Il est l'élève d'Arthur Farwell et d'Altschuler à l'université de Los Angeles. Ses premiers essais précèdent son départ pour Paris, où il travaille avec Nadia Boulanger (1926-1928). À trente ans, un grave accident lui brise la colonne vertébrale et le contraint à une longue convalescence, pendant laquelle il poursuit ses études et, dit-il, apprend à écrire sans piano. C'est l'époque du 1er Quatuor, où l'attention qu'il apporte à la structure de la musique lui suggère déjà un langage très personnel. Trois ans plus tard, la 1re Symphonie, conduite par Koussevitski, est un triomphe en dépit de son programme ambitieux (« exprimer l'esprit d'aventure et l'exubérance physique, le pathétique qui semble à la base de toute existence humaine et la volonté de puissance et d'action »). Sa force expressive, sa volonté de style et son goût des formes classiques se retrouvent à toutes les étapes d'une carrière conçue dans l'esprit néoromantique et qui évoluera vers le monumental, avec des références de plus en plus fréquentes aux thèmes populaires. La 3e Symphonie, saluée comme un événement lors de sa création à Boston (1939), attestait déjà une puissance de tempérament assez exceptionnelle dans l'école américaine, et les suivantes (5e Symphonie dédiée au peuple soviétique alors en guerre, 6e et 10e inspirées par la personnalité d'Abraham Lincoln) en confirment l'audace et l'énergie. Harris devait en écrire 14 (la dernière en 1975).