En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomas Hampson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Baryton américain (Elkhart 1955).

Il étudie le chant avec Marietta Coyle, ancienne élève de Lotte Lehman et de Panzera. Elle lui enseigne un répertoire de lieder qui marquera son art. Après une formation à l'Université de Californie et dans diverses master-classes, avec Elisabeth Schwarzkopf notamment, il s'installe en Europe en 1981. Engagé à l'Oper am Rhein de Düsseldorf, il s'y forge durant trois saisons un vaste répertoire lyrique. En 1984, Harnoncourt l'engage pour le cycle Mozart de l'Opéra de Zurich, où il chante Guglielmo, le Comte et, surtout, en 1987, le rôle-titre de Don Giovanni. Sa carrière internationale est fulgurante : il débute en 1985 à Aix-en-Provence, en 1986 au Metropolitan de New York, dont il accompagne la tournée au Japon en 1988, année de sa Bohème à Salzbourg. Il voue une reconnaissance particulière à certains chefs comme Leonard Bernstein, James Levine et Seiji Ozawa. Élu par la critique internationale « Chanteur de l'année 1994 », il s'impose en effet comme l'un des plus grands barytons du monde, tant par son aisance technique que par ses qualités dramatiques. S'il chante Monteverdi et Puccini aussi bien que Britten et Henze, il a conquis le public en 1995 et 1996 avec son interprétation des lieder de Mahler.