En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Reynaldo Hahn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Caracas, Venezuela, 1875 – Paris 1947).

D'origine allemande et israélite par son père, basque et catholique par sa mère, il est né Vénézuélien et l'est resté jusqu'à sa naturalisation en 1912. Mais il n'a que trois ans quand don Carlos Hahn, à la suite d'une révolution, liquide toutes ses affaires à Caracas et s'installe à Paris avec femme et enfants (il en a eu douze en tout). Rois en exil plutôt qu'immigrants, les Hahn se trouvent aussitôt lancés dans la plus haute société parisienne. À six ans, l'enfant prodige qu'est le petit Reynaldo fait ses débuts dans le célèbre salon de la princesse Mathilde, cousine du défunt empereur Napoléon III. Il chante des airs d'Offenbach en s'accompagnant au piano. Plus tard, et cela jusqu'aux approches de la vieillesse, il interprète de même ses propres mélodies d'une jolie voix de soprano, puis de baryton Martin. Au Conservatoire, où il entre à dix ans dans la classe de solfège de Lucie Grandjany, il aura également pour maîtres Decombes (piano), Lavignac et Dubois (harmonie) et surtout Massenet (composition), dont l'amitié et la protection ne lui feront jamais défaut. C'est Massenet qui présente son jeune disciple à Alphonse Daudet, lui procurant ainsi, à quinze ans, sa première commande de musique de scène (l'Obstacle). Son influence est également pour beaucoup dans la création à l'Opéra-Comique d'un premier ouvrage lyrique ­ l'Île du rêve (1898) ­ d'après Pierre Loti. Reynaldo Hahn, à vingt-trois ans, n'en est déjà plus à se contenter de succès de salon, encore que ce dandy, polyglotte et brillant causeur, donne beaucoup de son temps à la vie mondaine et aux voyages. Il est très lié avec la ballerine Cléo de Mérode, Sarah Bernhardt, Marcel Proust, et fréquente la plupart des célébrités de la Belle Époque. Naturalisé français après la mort de sa mère, il fait son service militaire à trente-huit ans, et, la guerre venue, demande à partir pour le front où il passe plus de trois ans, pour en revenir avec la Légion d'honneur et la croix de guerre. Après la défaite de la France en 1940, sous l'occupation, il n'en est pas moins jugé indésirable à Paris en vertu des lois raciales, bien qu'il ait été baptisé à Caracas et ait fait sa première communion à Saint-Augustin. Réfugié en zone Sud, puis à Monte-Carlo, il regagne Paris en février 1945. Élu à l'Académie des beaux-arts, puis nommé directeur de l'Opéra, il succombe à une tumeur du cerveau le 28 janvier 1947.

Reynaldo Hahn est avant tout un mélodiste, qui tient la voix humaine pour le plus parfait des instruments. Au plus haut point respectueux des textes qu'il habille discrètement de musique, pour les mettre en valeur sans en rien cacher, il place son idéal artistique dans l'union intime de la poésie et de l'art des sons. Aussi donne-t-il le meilleur de lui-même dans quelque 125 mélodies (Chansons grises, Études latines, les Feuilles mortes, Chansons vénitiennes, etc.), dans des comédies musicales comme Mozart (1925) et Brummel (1931), des opérettes comme Ciboulette (1923), la plus populaire de ses œuvres, et Malvina (1935), des opéras comme Nausicaa (1919) et le Marchand de Venise (1935). Mais on lui doit aussi de nombreuses musiques de scène (le Bal de Béatrice d'Este, 1909 ; le Dieu bleu, 1912), des concertos, des pièces instrumentales et de la musique de chambre. Très cultivé, raffiné jusqu'au purisme, admirateur déclaré de Gounod, de Saint-Saëns et de Massenet, il n'en appréciait pas moins Wagner. Fervent mozartien, il a consacré au maître de Salzbourg l'essentiel de son activité de chef d'orchestre. Et plusieurs journaux importants, dont la Presse, Fœmina, le Journal, l'Excelsior et le Figaro, ont bénéficié de son talent de critique.