En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Adam Guillaume Freinsberg, dit Guilain

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste, claveciniste et compositeur français, d'origine allemande (xviiie s.).

Sa famille était originaire d'Allemagne (c'est, d'ailleurs, à Berlin que l'on a retrouvé des copies manuscrites de ses œuvres). À Paris où il vécut, il fut l'élève et le suppléant de Louis Marchand à l'orgue de Saint-Honoré, puis à celui des Cordeliers. D'avant 1707 date la publication d'une messe à cinq voix, In te cantatio semper (perdue), et de 1706 celle de Pièces d'orgue pour le magnificat sur les huit tons de l'église. En 1739, il publia un Livre de pièces de clavecin d'un goût nouveau, après quoi sa trace est perdue. Son livre d'orgue réunit quatre suites de versets destinés, selon la pratique courante, à alterner avec le chant des fidèles. Chaque suite correspond à l'un des tons ecclésiastiques : un deuxième livre devait donc succéder à celui-ci, dont on n'a pas connaissance. Ces pièces sont concises et imagées, élégantes et subtiles. À l'orgue comme au clavecin, Guilain n'échappe pas aux tournures italiennes à la Corelli ; mais ce disciple de Marchand n'ignore rien du grand style polyphonique français, pas plus que de la sensibilité décorative des grands clavecinistes de son temps.