En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guarneri

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de luthiers italiens.

Andrea, le père de la dynastie (Crémone v. 1626 – id. 1698). Ses violons sont construits sur le modèle de son maître Nicolo Amati.

Pietro Giovanni dit Pietro da Mantova, fils du précédent (Crémone 1655 – Mantoue 1720). Il a construit d'excellents violons aux voûtes assez élevées, aux ouïes larges et au beau vernis.

Giuseppe, frère du précédent (Crémone 1666 – id. v. 1740). Celui-ci a laissé de remarquables violons de petit modèle, au bois bien choisi et au vernis souple. Il a également construit des altos, des violoncelles et des contrebasses.

Pietro, dit Pietro da Venezia, fils de Giuseppe (Crémone 1695 – Venise 1762). Il a incorporé dans ses instruments quelques éléments caractéristiques de l'école vénitienne.

Giuseppe Antonio, dit Giuseppe del Gesù, fils de Giuseppe (Crémone 1698 – id. 1744). Il est le plus grand de la dynastie. Son œuvre peut être divisée en trois périodes : jusqu'en 1730, il change souvent de modèle et son travail est parfois un peu fruste ; vers 1730, il construit des violons bien finis, au bois judicieusement choisi et à la sonorité magnifique ; enfin, aux alentours de 1740, des violons d'une coupe plus hardie quittent son atelier, violons aux tables d'harmonie plus épaisses et à la sonorité puissante.

Comme les Stradivari et les Amati, les violons de Giuseppe Antonio sont aujourd'hui recherchés dans le monde entier et possèdent une valeur inestimable.