En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Groupe de musique expérimentale de Marseille

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Fondé en 1969 par Marcel Frémiot, à partir de la classe de musique expérimentale assurée par celui-ci au conservatoire de Marseille, le G.M.E.M. est devenu, sous la direction de Georges Bœuf, un groupe autonome et actif pour la production et la diffusion des musiques électroacoustiques et des recherches qui s'y rattachent. Sa première période, marquée par la personnalité de son fondateur Marcel Frémiot, met l'accent sur le travail de groupe, s'exprimant dans des réalisations collectives, et sur la disciple de composition. En 1974, la direction du G.M.E.M. est reprise par Georges Bœuf, et le groupe traverse certaines difficultés pour obtenir les moyens de travailler comme studio autonome. À présent dirigé par Raphaël de Vivo, il dispose d'un local et d'un studio, où il peut poursuivre les recherches déjà engagées : notamment sur la « lecture sonore de l'événement », sociologie active par les moyens audiovisuels animée par Lucien Bertolina, sur l'informatique musicale, secteur pris en charge plus spécialement par Michel Redolfi (instrument de synthèse « hybride » Synclavier, inspiré des réalisations de John H. Appleton) et, enfin, sur la diffusion en concert par « homo-parleur ». La production musicale, l'animation et l'organisation de concerts figurent également parmi les activités du G.M.E.M., où ont travaillé notamment Georges Bœuf, Michel Redolfi, Claude Colon, Jacques Diennet, Lucien Bertolina et Frank Royon-Lemée.