En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Jakob Froberger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste, claveciniste et compositeur allemand (Stuttgart 1616 – château d'Héricourt, près de Montbéliard, 1667).

Issu d'une famille de musiciens, il fut d'abord organiste à Rome, de 1637 à 1641, et reçut les conseils de Girolamo Frescobaldi. Sa vie fut itinérante : il parcourut l'Europe entière, au service de divers princes ou faisant jouer ses œuvres au concert. En 1652, il séjourna à Paris. S'imprégnant des styles et des manières qu'il rencontra, il en fit une synthèse séduisante qui préfigure la « réunion des goûts » chère aux musiciens français, à François Couperin notamment, au xviiie siècle. Il influença des compositeurs comme Bach et Haendel. À sa double formation, allemande et italienne, il ajouta des éléments empruntés aux musiques française et anglaise. Son influence se manifesta d'abord au travers de copies manuscrites, car, à l'exception de sa Fantaisie sur l'hexachorde et d'une fugue parues dans des recueils collectifs, toutes ses œuvres (essentiellement écrites pour l'orgue ou pour le clavecin) ne furent publiées qu'après sa mort, en 1693 (Diverse ingeniosissime, rarissime e non maj più viste curiose Partite) et en 1696 (Diverse curiose e rarissime Partite). Elles consistent en toccatas, caprices, ricercari, fantaisies, canzone, suites et fragments de suites.