En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jindřich Feld

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Prague 1925 – id. 2007).

Fils du célèbre professeur de violon Jindřich Feld (1883-1953), il étudie la composition d'abord avec E. Hlobil (1945-1948) au conservatoire de Prague, puis avec J. Rídký à l'académie de Musique et d'Art dramatique (1948-1952). Violoniste, puis altiste, il enseigne la composition au conservatoire de Prague depuis 1972. Il s'est fait connaître par son Divertimento pour cordes, hommage à Bartók dont l'influence s'est fait sentir jusqu'au Concerto pour orchestre (1951). À cette époque, son écriture unit l'élégance du Stravinski néoclassique au lyrisme naturel de l'école française (Concerto pour flûte, 1954 ; Concerto pour violoncelle, 1958). Sa seconde période de création semble dominée par la pénétration spirituelle de l'héritage de Martinů ; ainsi ses Trois Fresques (1963), comparables par leur intensité, leur tension modale aux Trois Paraboles de Martinů. Cette tendance atteint son expression la plus absolue dans son 4e Quatuor (1965) où se joignent le souvenir de Martinů et Bartók et celui de la Suite lyrique de Berg. En 1967, Feld étend à l'orchestre les conquêtes de ce 4e Quatuor en l'orchestrant, réalisant ainsi sa 1re Symphonie. Depuis lors, à la demande de nombreux solistes tchèques, Feld écrit toute une série de pièces concertantes ou solistes dont l'écriture use avec aisance d'un dodécaphonisme élargi, fondé sur une connaissance des ressources expressives de chacun des instruments solistes : Sonate pour piano (1971-72), Concerto pour piano (1973), Concerto pour violon (1976-77). Il a également composé des œuvres pour orchestre, pour diverses formations de chambre, quelques œuvres vocales, des musiques de film et des musiques de pièces radiophoniques, ainsi que de nombreuses œuvres didactiques, proches par l'esprit des partitions équivalentes de Bartók. Feld est désormais l'un des rares exemples, parmi les compositeurs de son pays, à avoir su assumer la tradition occidentale du patrimoine tout en faisant œuvre de novateur.