En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Angelo Ephrician

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre et compositeur italien (Trévise 1913 – id. 1982).

Après avoir étudié le violon, obtenu une licence en droit et exercé un an une fonction de magistrat, il participe activement à la lutte antifasciste clandestine et devient à la fin de la guerre directeur du premier journal libre de Venise. Ayant goûté à la critique musicale, il décide de se consacrer entièrement à la musique et travaille la direction d'orchestre en autodidacte. En 1947, il fonde l'Istituto italiano Antonio Vivaldi, qui, sous la direction artistique de G. F. Malipiero et avec l'aide de l'éditeur Ricordi, publie des œuvres de Vivaldi. Par cette initiative et par son activité parallèle de chef d'orchestre, Ephrikian joue un rôle déterminant dans la rapide renaissance du compositeur vénitien. Il consacre par la suite sa double action d'éditeur et de chef d'orchestre à d'autres compositeurs italiens de la fin du xvie, du xviie et du xviiie siècle italien, notamment à Gesualdo, Stradella, Alessandro Scarlatti. Compositeur, il a écrit des œuvres traditionnelles mais n'a pas dédaigné les techniques nouvelles, qu'il utilise par exemple dans son Stabat Mater (1961) pour solistes, chœur, orchestre et bande magnétique.