En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Magister de Aurelianis Egidius

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Théologien et compositeur français (Orléans v. 1340 – Avignon v. 1400).

Il fit ses études en Allemagne, en Italie et à Paris. En 1379, il fut reçu docteur en théologie et se fixa dans l'entourage du pape Clément VII qu'il suivit en Avignon. Ayant rempli des missions d'ambassade en 1379, 1385 et 1393, Egidius, après la mort de Clément VII en 1394, resta au service de son successeur Benoît XIII. C'est en Avignon qu'il semble s'être intéressé à la composition. Plus jeune que les musiciens de l'Ars nova Philippe de Vitry et Guillaume de Machaut, Egidius a signé des œuvres polyphoniques aux mélodies élégantes, mais aux rythmes subtils caractéristiques des musiciens de la période entre Machaut et Dufay (Ars subtilior). On lui doit des ballades et un motet isorythmique à 4 voix. L'une des ballades est dédiée à Clément VII ; une autre, au duc de Berry à l'occasion de la visite de ce dernier au pape en 1389, avec sa fiancée Jeanne de Boulogne.