En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Petr Eben

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur tchèque (Žamberk 1929 – Prague 2007).

Interné à Buchenwald à quatorze ans, il reprend, à son retour, ses études de piano auprès de František Rauch et de P. Bořkovec pour la composition à l'académie Janáček de Brno (1948-1952). Il partage sa vie entre sa carrière de pianiste, sa chaire d'assistant en musicologie à l'université Charles-IV de Prague et la composition. Son œuvre témoigne d'une invention mélodique inconnue en Bohême et en Moravie depuis Janáček. L'ensemble de ses compositions vocales est d'une qualité permanente, puisant ses nombreux sujets dans le patrimoine mélodique de son pays ou dans une savante recréation de l'époque grégorienne et de la Renaissance. Sa connaissance de la voix humaine, en soliste ou dans le chœur, en fait un compositeur profondément original, tant par son inspiration que par ce qu'il obtient sur le plan sonore, sans pour autant chercher les performances requises par les partitions d'un Messiaen, d'un Berio ou d'un Xenakis. Ses réussites dans ce domaine sont multiples : Six Chants d'amour sur des textes médiévaux (1951), Chants sur des poèmes de Rilke (1961), Chants d'amour et de mort pour chœur mixte (1958), Pragensia pour chœur et instruments anciens (1972). D'autres partitions, instrumentales, retiennent l'attention : Concerto pour orgue « symphonia gregoriana » (1954), Concerto pour piano (1961), Vox clamantis pour orchestre (1970), le ballet Malédictions et bénédictions (1983).