En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

comte Giacomo Durazzo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Impresario et diplomate italien (Gênes 1717 – Venise 1794).

Devenu en 1749 ambassadeur de Gênes à Vienne, il obtint en 1754 la charge de directeur des spectacles des deux théâtres impériaux, publia anonymement une Lettre sur le méchanisme de l'opéra italien et, soutenu en cela par le chancelier Kaunitz, qui recherchait l'alliance de Louis XV, favorisa les genres venus de France de l'opéra-comique et de l'opéra-ballet. Il joua un grand rôle dans la carrière de Gluck, qu'il fit nommer en 1754 directeur musical des théâtres impériaux (Burgtheater et Kärtnertortheater), qu'il encouragea à composer des opéras-comiques en français et qu'il mit en rapport avec Angiolini et Calzabigi. Congédié de son poste à la tête du Burgtheater à la suite d'intrigues menées par Georg Reutter (1764), il fut jusqu'en 1784 ambassadeur de Vienne à Venise, où, en 1771, il reçut Mozart et son père. Dans les années 1780, il informa régulièrement le prince Nicolas Esterhazy (leurs épouses respectives étaient parentes) de la situation de l'opéra en Italie, contribuant ainsi à donner aux saisons d'opéra dirigées par Haydn à Esterhaza tout le lustre possible.