En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francesco Durante

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur italien (Frattamaggiore, près de Naples, 1684 – Naples 1755).

Il travailla la musique avec son oncle Angelo au conservatoire de Naples, puis étudia le violon avec G. Francone. Peut-être fut-il également l'élève d'un grand maître, B. Pasquini. Il est curieux de constater que, bien que napolitain, originaire d'une ville où l'opéra fleurissait tout particulièrement, Durante, à l'exception de chœurs composés pour la tragédie Flavio Valente, n'a pas écrit pour le théâtre. En revanche, ses duos de chambre (pour 2 voix et basse continue) sont remarquables par leur originalité et leurs audaces harmoniques. En fait, ces œuvres furent destinées à l'enseignement, comme en témoigne, dans leur titre, la mention : « … Per imparare a cantare » (« Pour apprendre à chanter »).

Sa musique religieuse, importante, comprend les oratorios La Cerva assetata (1719), Abigaile (1736), San Antonio di Padova (1753), 13 messes dont deux Requiem, des psaumes, des motets, des antiennes et des litanies. Comme Alessandro Scarlatti, il a écrit des madrigaux à une date où le genre tombait quelque peu en désuétude. Pour les instruments, il a composé des sonates, des pièces pour clavecin (Toccate), des concertos, ainsi que 8 quatuors concertants pour cordes. Son œuvre est immense et 62 volumes manuscrits sont conservés à la Bibliothèque nationale de Paris.

Dans sa musique, Francesco Durante usa du contrepoint avec élégance, maîtrise et aisance ; l'aspect mélodique reste essentiel ; il est parfois teinté de sentimentalité, comme en témoigne par exemple le célèbre air de dévotion Vergin tutt'amor, que Parisotti a publié dans ses Arie antiche. Si Durante n'a pas été un compositeur particulièrement original, il fut généralement considéré par ses contemporains comme un excellent pédagogue. Il forma Traetta, Sacchini, Piccinni, Egidio Duni, Paisiello, Pergolèse, Jommelli. En prenant en considération ses élèves qui, paradoxalement, devaient tous consacrer la majeure partie de leur carrière au théâtre lyrique, on cite souvent aujourd'hui Durante comme le fondateur de l'école napolitaine.