En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antoine Duhamel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Valmondois 1925).

Il a fait ses études au Conservatoire de Paris et surtout avec René Leibowitz, et a participé aux cours d'analyse d'Olivier Messiaen (1945-1950) : de ses préoccupations d'alors, qui le firent envisager également la psychologie et la peinture, témoignent ses Variations pour piano sur l'opus 19 no 6 de Schönberg (1949). Suivirent notamment l'Ivrogne ou le Scieur de long, opéra en 1 acte d'après Baudelaire (1951-52) et l'oratorio profane la Maison des morts (1953-1956). De 1957 à 1971, il s'est largement orienté vers la musique de film, avec, par exemple, Pierrot le Fou (1965) et Week-End (1967) de Jean-Luc Godard, Baisers volés (1968), la Sirène du Mississippi (1969) et Domicile conjugal (1970) de François Truffaut, et M. comme Mathieu de Jean-François Adam (1971). À partir de 1968, il s'est beaucoup intéressé à l'opéra et au théâtre musical, et a donné en ce domaine, entre autres, Lundi Monsieur vous serez riche (Strasbourg, 1968), l'Opéra des oiseaux (Lyon, 1971), Ubu à l'Opéra (Avignon, 1974), Gambara, d'après Balzac (Lyon, 1978), Cirque impérial (Avignon, 1979), les opéras Quatre-vingt-treize d'après Hugo (1989) et les Aventures de Sindbad le marin (1991).