En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

festival de Donaueschingen

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Important festival de musique contemporaine depuis plus d'un demi-siècle, le festival de Donaueschingen a connu deux périodes bien distinctes.

À partir de l'été 1921 se déroule, sous l'égide du prince Egon de Fürstenberg, un festival de musique de chambre consacré à la production d'avant-garde. De 1921 à 1926, ce festival a lieu à Donaueschingen, petite ville thermale du sud de l'Allemagne (Forêt-Noire). Au cours des différentes saisons sont jouées, entre autres, des pages de Paul Hindemith, Richard Strauss, Ferruccio Busoni, Alois Haba, Philipp Jarnach, Arnold Schönberg, Alban Berg, Anton Webern, Béla Bartók, Ernst Krenek. Le directeur musical est Heinrich Burckhardt. Le rayonnement déjà considérable de ce premier festival sert d'impulsion déterminante pour la création d'une section de musique contemporaine au festival de Salzbourg et pour la formation de la Société internationale de musique contemporaine (S. I. M. C.). En 1927, le festival se transporte à Baden-Baden. Quelques années plus tard, le nazisme va faire disparaître en Allemagne, pour plusieurs années, toute activité prospectrice dans le domaine de la musique vivante.

Ce n'est qu'en 1950, sous l'impulsion de la radio de Baden-Baden (Südwestfunk) et du critique et musicologue allemand Heinrich Strobel (1898-1970), que le festival de Donaueschingen connaît une seconde naissance et prend une ampleur extraordinaire.

Traditionnellement organisée le deuxième ou le troisième week-end d'octobre, cette manifestation a, dès lors, suscité la découverte et entraîné l'éclosion de la presque totalité des créations contemporaines les plus significatives. Heinrich Strobel en assume la responsabilité artistique entre 1950 et 1970. C'est sans conteste la plus grande période de gloire de Donaueschingen. Otto Tomek lui succède jusqu'en 1975. À partir de cette date, Josef Häusler assure la direction artistique générale (le critique de jazz Joachim Ernst Berendt s'occupe plus particulièrement de la partie réservée au jazz). Le prince Joachim de Fürstenberg est président d'honneur. L'organisation et la régie technique sont assurées par la ville de Donaueschingen et par la radio de Baden-Baden (Südwestfunk). Entre 1950 et 1970, le festival de Donaueschingen est reconnu dans le monde entier comme le symbole même du festival audacieux et novateur. Il joue un rôle fondamental dans la découverte des voies nouvelles de la musique. Homme à l'indépendance intellectuelle et esthétique rare, Heinrich Strobel a été le principal artisan de cette réussite. Nombre d'œuvres importantes ont vu leur création mondiale à Donaueschingen. Mais, outre ces créations, le festival a permis depuis près de quarante ans la création européenne d'un nombre tout aussi remarquable de partitions, des dernières pages d'Igor Stravinski aux premiers ouvrages des plus jeunes générations.