En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Régine Crespin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Soprano française (Marseille 1927 – Paris 2007).

Elle fait ses études vocales au Conservatoire de Paris où elle obtient des prix d'opéra et d'opéra-comique (1949) et de chant (1950). Après ses débuts à Mulhouse, en 1950, dans le rôle d'Elsa de Lohengrin (Wagner), elle débute à Paris, l'année suivante, successivement dans Tosca de Puccini à l'Opéra-Comique et dans Lohengrin à l'Opéra, où elle chante de nombreux rôles et participe à la création française des Dialogues des carmélites de Poulenc (1957). C'est surtout à partir de 1958 que se développe son importante carrière internationale, qui la conduit notamment à Bayreuth (Kundry dans Parsifal, de 1958 à 1961 ; Sieglinde dans la Walkyrie, 1961) et à Milan (Fedra de Pizzetti, 1959).

Dotée d'une voix puissante, mais au timbre plein de charme, Régine Crespin a pu s'imposer aussi bien dans des rôles dramatiques du répertoire italien (Tosca, Amelia d'Un bal masqué de Verdi) que dans les rôles wagnériens et dans l'opéra français (Didon des Troyens, Marguerite de la Damnation de Faust de Berlioz). Sa volonté d'approfondissement du détail des textes et de la psychologie des personnages a fait d'elle aussi l'une des plus subtiles interprètes de la Maréchale dans le Chevalier à la rose de Richard Strauss. Elle a été nommé en 1976 professeur au Conservatoire de Paris.