En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alexandre Étienne Choro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et musicologue français (Caen 1771 – Paris 1834).

Prodigieusement doué, il parlait et écrivait, à 15 ans, le latin, le grec et l'hébreu ; il fut secrétaire particulier du mathématicien Gaspard Monge et apprit la théorie musicale après avoir été reçu à l'École polytechnique et à l'École des mines. Il publia, en 1806, une Collection générale des œuvres classiques, où figuraient Josquin Des Prés, Goudimel, Palestrina, Carissimi ; en 1808, les Principes de composition des écoles d'Italie ; et, en 1811, les Considérations sur la nécessité de rétablir le chant de l'Église de Rome dans toutes les églises. Chargé en 1812 de réorganiser les maîtrises des églises, il fut nommé directeur de l'Opéra en 1816, mais dut démissionner dès 1817. Il fonda alors l'Institution royale de musique classique et religieuse, qui exista jusqu'en 1830, et, avec ses élèves, donna tous les mois des concerts destinés à éduquer le public et au cours desquels eurent lieu les premières auditions, à Paris, d'œuvres de Bach, Haendel, Palestrina. Il a composé de la musique d'église et des romances, mais on doit surtout saluer en lui l'esprit universel et érudit, l'animateur infatigable et le pédagogue de talent qui, avant Fétis, témoigna d'une curiosité féconde pour les musiciens des xve et xvie siècles.