En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pietro Cesti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et chanteur italien (Arezzo 1623 – Florence 1669).

Baptisé Pietro, il se fit frère franciscain et adopta le prénom d'Antonio, mais il est connu surtout sous le nom de Marc'Antonio, d'où la confusion qui régna à son sujet de nombreuses années durant. Bien qu'il fût l'élève de Carissimi à Rome, terre de la cantate par excellence, son style est très influencé par l'école vénitienne, notamment dans le domaine théâtral. Sa vie privée ne fut pas toujours conforme à ce qu'auraient souhaité ses supérieurs ecclésiastiques, en particulier ses relations avec le poète Salvatore Rosa, dont les lettres ont fourni nombre de détails révélateurs. Maître de chapelle à Volterra (1645), membre de la chapelle pontificale à Rome (1659), il devint vice-maître de chapelle de la cour impériale de Vienne (1665), avant de revenir à Florence en 1668. Certains prétendent que Cesti mourut empoisonné.

L'essentiel de son œuvre consiste en créations pour le théâtre. La plus célèbre est l'opéra Il Pomo d'oro, représenté dans des décors somptueux de Bernacini à Vienne, à l'occasion du mariage de Léopold Ier avec Marguerite d'Espagne (1666). Parmi ses autres ouvrages pour la scène, citons Cesare amante (1651) et Orontea (1656), tous deux créés à Venise, La Dori, son chef-d'œuvre représenté pour la première fois à Florence en 1661 et donné ensuite dans toute l'Italie, suivi, en 1662, de la Serenata. Argia (1655) et La Magnanimità d'Alessandro (1662) furent créés à Innsbruck. En 1666, Cesti donna Il Tito à Venise et, enfin, à Vienne, Nettuno e la Flora festeggianti, suivi de trois autres ouvrages en 1667, La Disgrazie d'Amore, La Semirami et La Germania esultante.

Cesti a également composé des motets, des airs profanes isolés et, surtout, des cantates pour 1 ou 2 voix qui sont importantes pour l'histoire de la forme, tout en offrant une haute valeur artistique.